Type Here to Get Search Results !

L'OMS et le gouvernement du Japon mettent en place un établissement sanitaire portuaire au Sud-Soudan

Pour renforcer les capacités de coordination et de communication afin de réduire le risque de propagation transfrontalière de maladies et d'autres menaces pour la santé publique, l'OMS, avec l'appui du gouvernement japonais, a créé et remis au ministère de la Santé du Sud-Soudan une installation sanitaire portuaire à l'aéroport international de Juba.

L'OMS et le gouvernement du Japon mettent en place un établissement sanitaire portuaire au Sud-Soudan

Le règlement sanitaire international (RSI (2005)) impose aux pays de définir, renforcer et maintenir des capacités aux points d'entrée afin d'atténuer le risque de propagation transfrontalière des maladies et de garantir la sécurité de la santé publique internationale.

"La création d'un établissement sanitaire portuaire à Juba et à d'autres points d'entrée désignés aidera le Sud-Soudan à étendre sa capacité de surveillance et d'intervention pour repérer, évaluer et signaler rapidement et efficacement les risques de santé publique chez les voyageurs internationaux aux frontières", a déclaré Honorable Dr Victoria Anib Majur, sous-secrétaire au ministère de la Santé. "Je suis reconnaissante au gouvernement du Japon et à l'OMS pour leur soutien généreux", a ajouté le Dr Anib. Il a invité l'équipe sanitaire portuaire de l'aéroport international de Juba à utiliser au maximum les installations et à veiller à ce que des mesures de surveillance et de santé publique soient mises en place pour protéger les passagers et la population du Sud-Soudan.

Le gouvernement japonais, en collaboration avec les agences des Nations unies, a appuyé les efforts du Sud-Soudan pour combattre le COVID-19 et d'autres maladies à travers divers projets, notamment la construction et l'amélioration des installations sanitaires, la fourniture de scanners thermiques et de matériel médical, et l'amélioration de la chaîne du froid pour les vaccins.

"Le soutien du Japon au Sud-Soudan par l'intermédiaire de l'OMS contribuera à freiner la propagation transfrontalière du COVID-19 et d'autres maladies et, par conséquent, à sauver plus de vies ", a déclaré S.E. Tsutsumi Naohiro, ambassadeur du Japon en République du Sud-Soudan.

Le Dr Fabian Ndenzako, représentant a.i. de l'OMS pour le Sud-Soudan, a indiqué que le Sud-Soudan avait franchi une étape importante en créant le centre de santé portuaire à l'aéroport international de Juba, remplissant ainsi son obligation au titre du RSI (2005) et conformément au plan d'action national du Sud-Soudan pour la sécurité sanitaire (NAPHS) 2020-2024.

Le Sud-Soudan est en permanence confronté à un risque accru de maladies émergentes comme le virus Ebola, la fièvre jaune, le choléra, le COVID-19 en cours et d'autres maladies qui menacent la sécurité de la santé publique internationale en raison de leur propagation transfrontalière. Pour limiter leur impact, l'OMS travaille en collaboration avec le ministère de la Santé et d'autres parties prenantes pour renforcer les capacités de surveillance et d'intervention dans le pays et au-delà des frontières dans le cadre de la surveillance intégrée des maladies et de l'intervention (IDSR). L'IDSR est la stratégie de base pour le renforcement des systèmes nationaux de surveillance des maladies dans la Région africaine de l'OMS et a été approuvé par le Comité régional en 1998.
Mots clés

Billboard Ad